Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Minéraux en Lithothérapie

Publié par Frederique LONGERE

L'éducation est primordiale !
L'éducation est primordiale !L'éducation est primordiale !L'éducation est primordiale !
L'éducation est primordiale !L'éducation est primordiale !
L'éducation est primordiale !L'éducation est primordiale !
L'éducation est primordiale !L'éducation est primordiale !L'éducation est primordiale !

Si vous n'arrivez pas à lire le texte en entier, clic droit sur le titre et sélectionner "ouvrir dans un nouvel onglet" merci !

 

Il y a des choses qui ont déjà été dites, il y a très très très longtemps, mais dont certain découvre seulement maintenant le sens !

 

Démosthène (en grec ancien Δημοσθένης / Dêmosthénês), né à Athènes en 384 av. J.-C., mort à Calaurie en 322 av. J.-C.1, est un homme d'État athénien. Grand adversaire de Philippe II de Macédoine, il est l'un des plus grands orateurs attiques.
Ses problèmes d'élocution lui valurent le surnom de « bègue », défaut qui, dit la légende, le contraignit à s'entraîner à parler avec des cailloux dans la bouche. 

 

Juste pour info il est dit que c'était des calcédoines.

 

Double raison d'écouter les paroles de cet homme. Il avait compris beaucoup de choses et on se moquait de sa diction. Les érudits et grands penseurs sont bien souvent dénigrés de leurs contemporains, car ceux-ci ne comprennent pas toujours la portée de ses paroles. 

 

Il a fallu les évènements de ces derniers jours pour que les français prennent la défense de la liberté d'expression. Alors qu’il y a deux ans certains voulaient faire taire le journal, en demandant au gouvernement d'en faire interdire la parution. Et maintenant qu'ils sont morts tout le monde est indigné. 

 

Tous revendiquent la laïcité de la France ! Grand bien leur fasse, je me suis battue depuis des années sans être entendue, ne serait-ce que pour que ma fille soit acceptée dans les cantines et qu'on lui serve une assiette et des couverts. Je payais la cantine alors que je fournissais son repas pour cause d’allergie ; à savoir que dans ces cantines il n'y a plus de porc servi depuis des années, pour des questions de religion. Le maire de l’une d’entre elle a été médecin et président de l’assemblée nationale, on ne parle pas de gens lambdas qui sont des fois dépassés par leur mandat. Dans un village, on m’a même demandé une contribution pour payer le frigo pour mettre le repas de ma fille en attendant le midi. Notre société se réveille il est temps, ce n'est à aucune religion de nous imposer sa doctrine dans l'éducation et dans notre liberté d’expression ou d’action au quotidien.

 

Mon voisin du dessous, ne m’adresse pas la parole directement, parce que je suis une femme ! Il parle en arabe à sa femme qui me traduit, moi je lui réponds en français et à lui directement. Du coup il m’a insulté en arabe…. Je lui ai alors dit que les lois de la France et de la république passaient avant toute considération religieuse et que je ferais intervenir les autorités compétentes pour qu’il arrête de bricoler sur sa voiture, sur la voie publique pendant des heures sous nos fenêtres. 5 heures qu’il tapait non stop avec un marteau et une barre de fer sur son moteur !

 

Pour en revenir à la citoyenneté, personnellement je ne prends que les jours fériés laïques, ceux qui sont pour les fêtes religieuses je travaille. Et bien souvent je travaille aussi le dimanche et prend un jour de repos le lundi, mais pas aujourd'hui.

L'éducation ne plait pas à tous mais elle est primordiale et c'est en éduquant nos enfants que nous ferons un avenir plus glorieux que celui que nous vivons actuellement !

 

L'état et le clergé sont indépendants depuis 1909, nous ne pouvons pas revenir en arrière, certains peuvent refuser d'avancer, mais ceux qui ont déjà avancé ne peuvent pas revenir en arrière. Et quand des enfants disent que c'est bien fait pour eux, ce ne sont pas leurs mots, mais ceux qu'ils ont entendu de leurs parents, quand ils ont réagit face à cet événement.

 

Et les gens qui ne condamnent pas l'assassinat d'une personne quelle qu'elle soit, et quelqu'un qui n'a pas reçu d'éducation du respect de la vie, de la tolérance. 

 

J'ai failli dans ma vie me retrouver SDF, alors que je travaillais, je n'arrivais pas à faire face, je n'arrivais pas à obtenir un HLM. En temps que mère divorcée à l'époque avec 3 enfants, je n'ai jamais fait appel à la violence, je me suis battue, pourtant j’ai fait une dépression, j’avais trois jobs, et je me faisais harcelée par mes voisins. Mais en faisant appel à toute la force qui est en moi, je m'en suis sortie. Je n'ai jamais accusé personne de m'avoir mise dans cette situation. 

 

Je suis citoyenne, je ne paie pas d'impôts je n'en ai pas les moyens. Mais je respecte mon prochain ; je respecte les lois de la république ; j'insulte personne, pourtant je n'ai pas toujours habité et travaillé dans des quartiers bien fréquentés. J'ai eu à faire à des populations défavorisées en colère contre la société, mais je suis resté juste et ferme.

 

J'étais monitrice auto-école et quand je refusais une date de code à un élève d'origine nord africaine, je me faisais traiter de raciste, alors que quand je refusais une place d'examen à quelqu'un dit d'origine bien franchouillarde, je me faisais accusée de privilégier les étrangers...

 

Un jour les deux étaient là et on recommençait leurs accusations. Donc j'en ai profité pour répondre à ces accusations et leur ai dit : " Non je ne suis pas raciste, non je ne privilégie personne, je fais mon travail et quand il faut dire non je dis non, ne vous en déplaise, si vous n'êtes pas prêts vous n'irez pas aux examens. Continuez à apprendre votre code ! Et s'il faut en débattre sur le racisme, on l'est quand on ne supporte pas une certaine catégorie de personne. Donc oui je suis raciste, car je ne supporte pas une certaine catégorie de personne ! Je ne supporte pas les cons !!! "

 

Quoi qu'on fasse dans notre société, si l'on pose des limites, de toute façon on dérange. 

 

- Mon prof de Basket pédophile m'a agressé (à 13 ans), mon prof de judo misogyne m'a frappé sur la tête avec un bâton (de 6 à 16 ans), je ne déteste pas les profs de sport.

- Un homme m'a agressé dans le métro, je ne déteste toujours pas les hommes. (à 20 ans)

- Une arabe m'a tapé dessus avec sa sœur et son beau frère, je ne déteste pas les arabes (à 20 ans). 

- Un homme m'a suivi dans la rue jusqu'à la porte de chez moi au deuxième étage de mon immeuble, je ne déteste pas les hommes. (à 21 ans)

- Un gendarme à la retraite anticipée m'a tapé dessus après avoir mis un coup de boule à son ex-femme devant moi, je ne déteste pas les gendarmes. (à 35 ans)

- Mes voisins dont un étaient président du syndic de l’immeuble dans lequel j’habitais, venaient tous les soirs pour se plaindre que mes chiens aboyaient, je venais d’emménager 10 jours avant et mes chiens voyaient les gens promener leurs chiens sur la piste cyclable derrière l’immeuble. J’ai fait le nécessaire pour leur cacher la vue ! Mais ils m’ont envoyé plusieurs recommandés, pour me redire que mes chiens avaient aboyés et pour me demander d’enlever les canisses que j’avais mis ! Et quand le facteur sonnait, mes chiens aboyaient donc ils appelaient la police pour se plaindre, qui ne constatait jamais rien ! Du coup vu que mes chiens avaient de nouveau aboyé ils me renvoyaient un recommandé, le facteur sonnait et les chiens aboyaient…… Les policiers municipaux au bout de 3 ou 4 convocations, m’ont conseillé de déménager et de débrancher mon interphone. Car pour eux je n’étais pas en tort mais qu’à 8 contre une je ne gagnerais jamais. L’un d’entre eux est policier national en retraite me suivait dans les caves pour me harceler et me crier dessus, j’ai même eu deux pneus de ma voiture de crevés sur le parking privé de l’immeuble. Je ne déteste pas tous mes voisins, mais depuis que j’ai déménagé je ne les fréquente pas non plus ! (à 38 ans)

- Dans mon nouveau logement mon voisin du rez-de-chaussée m’insulte en arabe, je ne le déteste pas je le plains d’être ignorant et je plains ces 4 enfants de recevoir cette éducation ; (à 44 ans)

- Le voisin du dessus, bricole le dimanche, fume dans la montée d’escalier, lave son balcon au karcher, ses enfants mettent la musique tellement fort que je ne peux pas regarder la TV, inonde mon appart et finalement ose me demander d’attendre le plombier à sa place quand il a une deuxième fuite chez lui ! De 2007 à ce jour.

 

Des jeunes devalaient devant la porte et roulaient leur joint sur la boite aux lettres du commerce où je travaillais (2006 à 2009). Je n'ai jamais eu peur de sortir de mon bureau pour leur demander de ne pas rester là ! Ils étaient assis sur les motos de mon patron ou encore la mienne pour faire leurs affaires ! Des fois ils étaient 15 et j'étais seule ! 

 

Plusieurs ont essayé de me faire peur, en me menaçant ! Je n'ai jamais tourné les talons, je les ai regardé droit dans les yeux et je leur ai dit : " Viens, mets le premier coup, mais mets le bien parce que tu n’auras pas l'occasion d'en mettre un deuxième." 

 

Bon d'accord, je suis ceinture noire de judo, je me suis faite agressée à 6 reprises dans ma vie et n'ai jamais perdu un combat. Ok j'en garde quelques séquelles énergétiques et morales, mais pas de peur. Je n'ai pas peur de me promener dans la rue, je n'ai pas peur d'afficher mes opinions, je n'ai pas peur de dire ce qui me dérange dans le comportement irrespectueux de mes concitoyens.

 

Et je leur ai fait face, la première agression physique que j'ai subit j'avais 13 ans, la dernière j'avais 35 ans. Je me suis faite insultée un nombre incalculable de fois, généralement la dernière phrase quand ils n’arrivaient pas à me faire céder était sur mon poids, mais j’avais une réponse imparable « si vous n’avez que cela à me reprocher ce n’est pas bien grave ! » Et je leur souriais, ce qui les mettait mal à l’aise car plutôt de reconnaitre leur erreur ils préféraient chercher à me mettre mal à l’aise mais cela ne marchait pas… Toutes ces personnes étaient : des voyous, des étrangers, des femmes, un prof de basket, un de judo et un gendarme en pré-retraite, un policier national, plusieurs « français de souche », des voisins des personnes que je ne connaissais pas, de tous âges, des riches et des pauvres.... C'est ce qui fait ce que je suis et ce que j'ai compris de la nature humaine. 

 

Mais de quel droit toutes ces personnes se sont permises et se permettent encore de continuer leurs agissements délictueux. C'est parce qu'ils n'ont pas encore compris que ce n'est pas bien, qu'il ne faut pas, car quand on le sait on ne le fait pas !

 

Et la seule façon de le leur faire comprendre est de leur expliquer. De leur apporter l'éducation, leur dire que ce n'est pas bien. Ne pas se laisser faire, ne pas se taire. C'est pour cela que j'écris, car pour moi écrire c'est parler, c'est refuser de me taire. Et devant eux je ne baisse pas les yeux, bien au contraire, je me redresse et m’exprime.

 

Ce que je dis ne plait pas toujours mais je le dis quand même !

 

Je me rappelle une discussion, avec un jeune de la cité en face de mon travail (2008) qui était assis sur ma moto. Je suis sortie en lui demandant quelque peu énervée de descendre de ma moto.

 

Moi : " descends de là, ce n’est pas un banc public ! "

Lui : " ho ! Comment tu me parles, tu rentres dans ton bureau et tu me fais pas chier. "

Moi : " Tu descends de ma moto ! "

Lui : " où tu vas toi, je suis chez moi là et je fais ce que je veux et tu me parles pas comme ça. "

Moi : " tu n'es pas chez toi, tu es sur ma moto qui est sur notre terrain, nous payons un loyer et nous avons donc tout droit sur ces lieux. Et si tu n’étais pas assis sur ma moto je ne te parlerais pas comme cela, je le fais juste parce que tu es sur ma moto."

Lui : " j'habite le quartier depuis toujours, vous vous êtes nouveaux, je suis chez moi partout et je fais ce que je veux !"

Moi : " non tu ne fais pas ce que tu veux, tu descends de ma moto, et nous sommes chez nous ici ! (je me suis ressaisie et j'ai baissé le ton pour dire la suite) Tu habites où, c'est quoi ton adresse ? "

Lui " hé pourquoi tu veux savoir ça ? "

Moi " parce que si quand on paie un loyer ça veut pas dire que c'est chez nous, dis moi où tu habites que je puisse y aller et faire ce que je veux ! "     

Lui " bin non ! Chez moi c'est chez moi ! T’as pas le droit de venir. "

Moi : " Donc toi tu paies un loyer ça veut dire quelque chose, mais pas nous "

Lui " oui mais moi ça fait 30 ans qu'on habite le quartier et vous 2 ans, donc je suis chez moi plus que toi "

Moi : " le droit du sol en France c'est 60 ans et il faut que le propriétaire n'est rien fait de son terrain pendant que toi tu l'occupes, et ce n'est pas le cas, on est là et on te demande de respecter et de te barrer de là. "

Lui " je fais ce que je veux lâche moi ! "

A ce moment là j'ai regardé un autre membre du groupe, qui lui me respectait et me connaissait mieux. Et je lui ai demandé de prendre son pote et de partir avec lui, car là il touchait à un de mes biens personnel et que j'allais lui en coller une bonne s’il ne bougeait pas son cul de là. Lui me connaissant mieux il savait que je le ferais, s'il le fallait et n'avait aucun doute là dessus. Il a donc prit son pote et est parti ailleurs.

 

Le lendemain, celui a qui je m'étais adressée pour qu'il éloigne le petit merdeux est passé me voir au bureau. Et m'a dit une chose qui m'a fait énormément plaisir. " Ho frède t'es trop forte ! Tu l'as fait réfléchir mon pote hier. Quand tu lui as dit que tu irais chez lui faire ce que tu voulais, du coup y c'est dit que tu avais peut-être un peu raison finalement. Que lui il n’aimerait pas que quelqu'un prenne ses affaires sans sa permission."

Voilà comment j'ai résolu cela par la discussion et cette fois là en faisant appel au chef de meute, car je savais que tous respectaient David dans le quartier et que j'avais établi avec lui de bonnes relations, dès le départ. Mais aussi parce que j'ai appliqué à ce jeune en manque total de respect sa logique à ses affaires. Il avait une revendication très forte de possessivité de territoire et d'appropriation des biens d'autrui, mais que l'on puisse faire de même avec ses affaires, lui a posé une limite sur les miennes.

 

C'est cela qui manque bien souvent à ces gens, une éducation. Que ce soit dans les cités ou dans les quartiers plus bobo. Car un enfant roi est pas plus respectueux. Dans les cités ils ont bien souvent manqué de tout, voyant certains avoir des affaires de marque, les téléphones dernier cri, partir en vacances et pouvoir faire des sorties... Et eux se faire chier à sans sous de l'heure, donc pour s'occuper avec rien et avec toute la colère qu'ils ont en eux, ils font chier les autres, et leur volent leur affaires, , car ils estiment que ce n’est pas grave ils ont les moyens de s'en acheter d'autres.... Et au passage deal pour avoir l’argent qui leur manque

 

Et comme cela devient « no mans land », plus personne n'ose rien dire, les habitants de ces quartiers ont peur et là ils se croient tout puissant parce que nombreux et organisés en bandes. Quand ils se font prendre, ils vont des fois en prison, mais même là quelque part ils sont considérés comme le caïd, où encore ne comprennent pas pourquoi on leur reproche leurs actes. Car c'est devenu leur référence, la délinquance est une règle de vie et c'est celui qui est honnête et qui respecte la loi et ces représentants qui sont hors norme.

 

Et c'est la vie à l'envers, plus de parents ou des parents inexistants dépassés, par la fatigue du travail ou par la dépression du chômage qui des fois ne parlent pas français. Ils sont en rupture avec cette société, si loin de leurs valeurs, qu'ils sont déroutés et démunis face au nombre des enfants de la cité, qui ont créé leur caste. 

 

Les anciens devenants les pères de substitutions et les mentors des plus jeunes. Et même si ces plus jeunes essayent de s'en sortir, on les casse, on les brime jusqu'à ce qu'ils deviennent comme eux, ou qu'ils n'osent plus sortir de chez eux. Enclenchant l'engrenage de la rupture sociale, par adhésion au groupe ou en se terrant. Bien sure il y en a qui s'en sortent, heureusement et qui montre qu'on peut faire autre chose.

 

Je sais que je stigmatise, mais c'est aussi une réalité, que nous ne voulons pas voir, car cela nous arrange. Et pendant ce temps, il y a les nantis, ces enfants rois qui ont tout, ceux qui généralement se font agressés pas les banlieusardes. Papa, maman ne se demandent même pas s'ils ont besoin de tout ce qu'ils leur offrent. Ils peuvent l'offrir, donc ils le font sans limite et sans raisonnement. Et du coup ces enfants là n'ont même pas idée de la fracture sociale que cela implique, un étalage ostentatoire des fringues dernier cri, montre portable et chaussures. Et quand ils se font agressés, on les plaint, on les chouchoute encore plus et pour les consoler on leur achète le dernier modèle, parce que finalement celui qu'on leur a volé commençait à être « has been ». Et du coup ils vont se le refaire voler.

 

Je ne dis pas non plus qu'il ne faut pas offrir à ces enfants les choses, mais peut-être pas autant. Quand je vois qu'à Annecy et ailleurs aussi, des enfants de 14 ans ont des baskets Nike à 90€ (plus chère que le salaire mensuel de l'enfant qui les à faites), un sac à main Thierry Mugler, pour aller à l'école (150€) et un i-Phone. Comment voulez vous que les enfants qui vivent dans la même ville, dont les parents sont au chômage, ne soit pas révolté. Comment voulez vous qu'il ne trouve pas cela injuste et qu'il n’a pas envie de les lui piquer, en plus celui qui a le n°6, le regarde avec dédain parce qu'il n'a pas les dernières fringues à la mode et un sac trop pas à la mode. La tv leur fait croire que s’ils n’ont pas ça ils ne sont rien. Que d’un claquement de doigt, ils peuvent tout avoir. Les footballeurs étalent leur vie privée leurs grosses voitures, les soirées avec les filles de petite vertu…. Les chanteurs les acteurs étalent leur cachets dans la presse, mais combien d’élus pour combiens de galères…. Rare sont ceux qui parlent de la galère, l’alcool et la drogue, pareil pour les tops modèles, on ne nous présente que le devant de la scène !

 

Nous sommes harcelés en permanence par ces pubs mensongères que le CSA laisse passer. Comment voulez vous qu’ils aient une vision juste, avec les anges de la TV, les girls à Hollywood, il n’y a qu’à voir ce que cela à fait à Nabila et à Loana, Naomie. L’une est en prison, les autres dépressives au bord du suicide. Combiens sont déjà mort ! Filip Nikolic, Robin Williams, Amy Winehousse…. Le top c’est d’avoir son quart d’heure de gloire de passer à la tv coûte que coûte ! En arborant les Lou Boutin, et des fringues du dernier cru, ou la kalachnikov et le gilet pare-balles, quitte à y laisser la vie !

 

Juste comme ça vous savez pourquoi la mode ça change tous les six moi ? Parce que c'est trop moche !

 

Arrêtons de nous laisser manipuler par l’argent, la gloire momentanée et le logis financiers, les banquiers, les fonds d’investissements, les cartels et le pétrole, les organismes de crédit qui finance les achats d’arme des terroristes. Ils parient sur notre ruine, ils nous mettent à genoux pour se rouler dans le caviar le champagne et la coke, se faire dorer au soleil sur une îles déserte, alors que ces gosses meurent pour les leurs payer…

 

Enfin bon il n'y a pas plus d’éducation et de respects chez les jeunes des zep que chez les nantis, par contre ceux des zep sont un peu plus "armés" virtuellement et physiquement pour se battre et revendiquer leur haine. Les nantis sont haineux aussi, essayez de leur dire non, vous verrez. En plus vu qu'ils savent que leurs parents vont les défendre et qu'ils ont plein de connaissances haut placées pour les faire intervenir, même s'il dépassent les limites, pour eux rien n'est grave, car les parents paient leur liberté..

 

Donc injustice supplémentaire, ils ne devraient pas avoir droit à une autre justice, une justice pour les voyous reconnus et connus et une pour les nantis. Que ce soit un président, un nanti ou un voyou les même lois les mêmes règles du jeu.

 

L'éducation se donne à la maison et à l'école. Des fois les profs essaient, mais je suis sure que certains parents les en empêchent. Dans notre ville, Annecy, beaucoup de profs y demandent leur mutation. Par contre il y a quelques écoles d’où les instits ne restent pas et partent d'Annecy. Pourtant ils ont tout fait pour y venir. Ces écoles sont dans les mauvais quartiers, mais chut faut pas le dire, tout va bien à Annecy. Il n'y a aucune délinquance, ni aucun problèmes ! Nous avons juste le même taux de criminalité qu'à Lyon, mais juste faut pas le dire et on fait tout pour que cela ne se sache pas. Du coup cela met en danger les gens de rien dire. Parce qu'ils se croient en sécurité. Mais c'est comme ailleurs et moi j'ai élevé mes enfants avec cette conscience et je leur ai posé des limites d'horaires et de tenue vestimentaire et dit de se méfier. 

Au collège la première semaine, ma fille c’est vu demander s’il elle voulait devenir une délinquante et aller faire des bêtises avec la fille qui lui proposait cela. Elle a répondu « non », l’autre « allez viens c’est marrant », ma fille « non ! », l’autre « pourquoi tu veux pas ? » et ma fille a alors répondu : « tu connais pas ma mère ! ». Victoire pour moi, ma fille non seulement savait que c’était pas bien, mais c’est justifié en disant ma mère ne serait pas contente et je l’a respecte.

 

Lors des journées d'appels de ma fille, l'instructeur a demandé, combien pensaient qu'Annecy n'était pas plus sure qu'une autre ville, que l'on y risquait autant de se faire agresser, violer et voler qu'ailleurs, une seule à lever la main, ma fille. Tous les autres pensaient vivre dans un paradis sur terre.

 

Il faut arrêter de se leurrer, de penser que tout va bien, il faut apprendre le respect aux enfants dès le plus jeune âge. Les limites se posent à 3 ou 4 ans grand max, après c'est l'enfer, quand vous avez cédé soit à la peur soit au sur-couvade, vous avez gâché l'adulte en devenir. 

 

Je ne dis pas que c'est facile, des fois c'est même très dure. Il y a deux émissions en ce moment à la tv que nous regardons régulièrement avec nos enfants, c'est super nany et Pascal le grand frère. Ce sont deux émissions très instructives. Elles donnent aux parents l'occasion de reprendre la main sur l'éducation de leurs enfants. Et la voilà la solution, l'éducation, les valeurs, le respect....

 

Un enfant sans limite, est un enfant anxieux, qui ne sait pas où il peut s’arrêter et ne s’arrête pas de lui-même. Par exemple, un enfant à qui manque de tout, on va l’appâter avec la drogue, la lui donner au début, entretenir sa haine et le manipuler. Il finira par dealer, voler pour se payer sa dope. Un enfant roi, à tout et n’est jamais satisfait, ressent du plaisir des sensations fortes quand il a ce qu’il veut et qu’il fait plier ses parents, mais un jour il n’a plus cette sensation. Et la cherche ailleurs toujours plus, toujours plus fort, toujours plus loin et quand dans la possession de tout il n’a plus cette ivresse il la cherche dans l’alcool et la drogue. Cas extrêmes d’origine mais même problématique à l’arrivé, recherche d’un bonheur illusoire que l’on ne peu atteindre, car il n’existe pas ! C’est une illusion, un mirage dans le désert, que l’on n’atteint jamais.

 

Poser des limites à tous et apprendre aux parents à être des parents Pas des copains. Mes enfants ont toujours pu me parler de tout, vraiment de tout, donc quand ils rencontraient un problème je leur expliquais comment le résoudre par eux-mêmes, je me souciais du résultat et s'ils n'y arrivaient pas je leur donnais un coup de main. Je n'ai jamais prôné la violence, toujours le discourt et s’ils n’arrivaient pas à se faire entendre, j'allais mettre mon grain de sel. Du coup maintenant adultes, ils ont des solutions pacifiques en main et quand cela ne marche pas, ils savent également qu'ils peuvent être plus ferme, mais essaient toujours la solution pacifique en premier, le dialogue est primordiale. 

 

Et également de faire appel aux autorités compétentes en cas de litige plus grave, pour être protégés. Ce n'est pas anormal de faire appel à eux, c'est même primordial quand on n’arrive pas à faire entendre raison à quelqu’un qui est hors la loi. Ils sont garant des lois et des limites. Et quand une limite juridique est dépassée, il ne faut surtout pas hésiter. Même si c'est un proche qui dépasse cette limite. 

 

Nous sommes responsables de leur existence, les forces de l’ordre n’existent que parce que nous ne respectons pas les lois. Et tant que tout à chacun nous nous sentons suffisamment imbus de notre personne pour nous permettre de transgresser les lois de la république, il y aura des personnes pour les faire respecter. Et finalement quand arrive de tels événements cela les rétabli dans leur légitimité et leur fonction. Je n’ai jamais dénigré les autorités, car à chaque fois que je me suis faite arrêter sur la route que j’avais fait une bêtise, où c’était un contrôle inopiné et je ne me suis jamais pris qu’une amende sur une dizaine de contrôles pour défaut de macaron d’assurance qui était dans mes papiers mais que je n’avais pas changé. Et vous savez quoi tant pis pour moi ! J’ai perdu deux fois un point sur mon permis, pour un et deux kilomètres heures d’excès de vitesse depuis 1992…, j’ai payé et pis c’est tout j’avais tort. Et vous ?

 

Je peux, je le sais être de temps à autre quelque peu rébarbative, car je respecte la loi. Mais aucunement rabat joie, je m’amuse et je m’éclate chaque jour, je rigole de tout et fais de temps en temps des blagues salaces. Mais jamais au grand jamais je ne me permets de faire du mal à qui que ce soit, de transgresser les lois de la république, de me foutre des conséquences de mes actes ; ou de fermer ma gueule quand on cherche à me rabaisser ou à me brimer.

 

Comme j’aime à le dire, il suffit de me demander de me taire pour savoir ce que je pense. Et nous sommes tous responsables de la situation actuelle. Tous responsables de notre comportement incivique de tous les jours. Tous responsables de se foutre des conséquences de nos actes.

 

Et d’empêcher l’éducation de faire son travail correctement quand nous venons leur dire ce qu’ils ont et comment ils ont à faire leur travail. De fuir nos responsabilités en ne donnant pas des valeurs justes à nos enfants. En fermant les yeux et passant notre route quand nous voyons quelqu’un être pris à parti. Car lors d’une de mes agressions, il y avait beaucoup de monde autour personne n’a levé le petit doigt. Les gens tournent la tête, alors qu’à 10 contre un le nombre suffit.

 

Hé oui, nous avons permis que cela arrive ! C’eux qui voulaient faire interdire Charlie hebdo en 2012, sont-ils Charlie aujourd’hui !?

Ceux qui critiquent systématiquement la politique gouvernementale, qu’auraient-ils fait face au drame !

 

Que ce soit de droite ou de gauche, un homme est un homme et nous n’aurions pas été meilleur que lui en cette circonstance et tous ceux qui profite de ces événements pour jeter le trouble, ou se faire valoir n’ont rien compris à la république et au message de solidarité et d’unité nationale.

 

Cela fait 4 jours que je muris ce texte et hier l’affaire Dieudonné. Certains disent que c’est de la liberté d’expression, mais faire l’apologie de la violence et des blagues plus que douteuses, quand les morts ne sont pas encore tous en terre, alors que l’on est déjà accusé de négationnisme et d’antisémitisme, c’est se servir de son statut social pour prôner de la propagande intégrisme. Et la propagande intégriste, n’a pas sa place dans une société républicaine, elle est hors la loi. D’autres sont en prison par parution immédiate, pour avoir crié leur soutien aux terroristes dans les transports en communs, pour avoir insulté les forces de l’ordre en leur souhaitant d’être les prochains sur la liste. Qui que ce soit et il n’y a pas que lui, tous ceux qui ont un comportement répréhensible sont arrêtés, et c’est parce qu’il est connu qu’il a le droit à d’autres loi et à une autre justice. Même Mme Marine a été condamnée pour ces propos, tous ceux qui profèrent la haine, la vengeance et l’exclusion sont condamnables.

 

Enrôlés des jeunes défavorisés en leurs faisant miroiter monts et merveilles, c’est alimenter les guerres avec de la chaire à canons. Et augmenter la révolte et la violence dans ces quartiers déjà bien malmenés par la drogue, le racisme, la misogynie. Ces jeunes sont perdus, ils manquent de repères d’éducation et de formations et de leur mettre des armes entre les mains ne font que les déstabiliser encore plus. Les filles qui partent au djihad deviennent des esclaves domestiques et sexuelles. Et que dire de ceux qui partent là bas avec leurs enfants en bas âge !

 

Mais tout cela n’est fait que pour déstabiliser les états des pays qui luttent contre les guerres, ils alimentent cette guérilla urbaine, chez nous, pour nous faire peur et nous dire de ne pas défendre les peuples qu’ils voudraient avilir dans leur pays dévasté par des années de guerres. Mais nous ne les laisserons pas faire, nous ne les laisserons pas déplacer la guerre chez nous. Nous ne les laisserons pas non plus continuer à écraser les peuples dans leurs pays.

Vous pensez que nous sommes indifférents, nous ne le sommes pas. Vous ne faites que renforcer nos convictions profondes. La France est le pays de Diderot, de Voltaire, de Rousseau, de Sartre et de bien d’autres qui ont déjà gagné se combat. Et nous sommes leurs enfants, nous avons reçu en éducation leur héritage. Nous bibliothèques, nos écoles, nos rues portent leurs noms.

 

Pour aller de la place de la République à la place de la Nation on passe par le boulevard Voltaire. Cela ne s’invente pas !

 

Donc maintenant et chaque jour je serais encore plus respectueuse, des lois de la république et personne ne m’interdira d’enseigner le respect à qui que ce soit. Que ce soit aux ainés ou aux plus jeunes, car le respect n’est pas une question d’âge, ni de statut social, il est une question de niveau de conscience. Et je n’autorise personne je dis bien personne en fonction de son âge, de son sexe, de son statut social ou de sa religion et encore moins de sa religion, de toute prérogative qu’ils puissent s’affliger de m’interdire d’être citoyenne, de respecter les lois et de faire remarquer à mes contemporains qu’ils ne respectent pas les lois de la république et des droits de l’homme !

Je resterais ferme et ouvrirais ma bouche pour râler lorsque l’on :

M’insulte parce que je ne fais pas d’excès de vitesse avec mon 1200cm3, et me double en ville sur une ligne blanche et sans visibilité pour ne pas arriver en retard au travail, sous prétexte que je roule à 50 ;

Ou que je demande de ne pas être poussée dans une file d’attente ;

Ou que je demande des excuses lorsque l’on me bouscule dans la rue ou dans un magasin ;

Ou encore que je demande que l’on respecte ma place de parking privative ;

Que l’on ne bricole pas le dimanche,

Que l’on ne fume pas dans un lieu public, ni assit sur la porte, au Canada il est interdit de fumer sur le trottoir devant les portes des lieux publics, les zones fumeurs sont devant les parties de façades sans porte !

Que l’on n’essaie pas de me voler mes affaires,

Que l’on m’insulte sur mon poids, croyant que je me tairais par honte d’exister et d’être hors norme. Ma réponse préférée : « je préfère avoir mon cul que ta gueule car si je veux mon cul je peux le perdre par contre toi ta gueule tu l’auras à vie ! »

Quand je demande à quelqu’un d’arrêter de bricoler en tapant sur un moteur depuis plus de 5 heures sous les fenêtres de mon appartement ;

Que l’on ne nettoie pas son balcon au dessus du mien au karcher ;

Que l’on ne marche pas sur mon chien sans s’excuser, surtout quand je l’ai fait assoir pour laisser passer ;

Que l’on n’explose pas les portières de sa voiture contre la mienne parce que c’est l’autre qui c’est garé comme un cul et qu’il m’accuse du fait ;

Que l’on ne me roule pas dessus quand je marche dans un parking ;

Que l’on ne m’insulte pas parce que je roule à 50 en ville et que je marque un stop ;

Que l’on ne me jete pas de pétards dessus, prétextant qu’un enfant à bien le droit de jouer ;

Que l’on ne me crie pas dessus dans la rue, pour m’interdire de venir soutenir mon mari…

Que je demande à un cycliste d’utiliser une piste cyclable ! C’est vrai que vaut mieux être mort qu’intelligent et respectueux des lois !

Je pourrais en écrire des pages et des pages, mais je m’arrêterais là, car point trop n’en faut !

 

Car dans le pays où nous sommes chacun sait ce qu’il a le droit ou pas le droit de faire et s’il continue malgré tout à le faire c’est qu’il est crétin, qu’il le fait exprès. Et s’il le fait exprès je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas encourir les sanctions correspondant à ces actes frauduleux ou délictueux. En France nous sommes sous le dictat du pas vu pas pris et si on fait remarquer à quelqu’un qu’il fait quelque chose de pas bien on se fait insulter. C’est comme cela que l’anarchie fait place à la démocratie, balayons chacun devant notre porte.

 

Quand j’étais enfant l’on me disait une phrase, ne regarde pas la paille qu’il y a dans l’œil de ton voisin, occupe toi de la poutre qu’il y a dans le tien !

 

S’il vous plait, même si chaque jour c’est dure de garder une bonne ligne de conduite, même si vous n’y arrivez pas tout de suite, donnez quand même le meilleur de vous-même. Et n’écoutez pas ceux qui voudraient vous faire taire parce que vous les reprenez. Point trop n’en faut ne versons pas dans les leçons de morales excessives non plus. Mais si tout à chacun faisait un minimum d’effort, je suis persuadé que tout irait mieux !

 

Et plutôt que de rejeter la différence essayez de la comprendre et de la respecter, car tant que les gens se sentiront mis au rebus de la société, ils nourriront de la colère contre elle. Et nous aboutirons à ce qui c’est passé à Paris la semaine dernière.

 

La haine, l’exclusion, la mise au banc de la société ne sont pas des options d’existence sereine. La tolérance, l’ouverture d’esprit permettent la compréhension et la compassion. Et bien souvent cela suffit à désarmer la surenchère.

 

Vous pensez que c’est la faute des autres,

et les autres pense que c’est de votre faute.

Prenons la responsabilité de nos actes.

C’est de notre faute à tous !